Bienvenue

Une aide efficace contre la congestion nasale aussi contre la Bronchiolite et l'encombrement pulmonaire du nouveau né

Qui suis-je ?

Urgence Bébé Congestion Altermed:

514 664-3233

Pour réserver en ligne

Cliquez NDG: Masso-kiné - Didier GALL

Plus de disponibilité?: 514 581-3534

Traitement respi à la clinique du plateau:

514 287-3289

 ___________________

  Nouveauté!

COSMVITAL ajust 28-11-2010 site-T-blanc C modifi-1

 

Nouvelles brèves

Venez voir Belvital en 2017 au stand 504 !

Merci à vous toutes et tous qui êtes venus m’écouter et même me soutenir au stand du « Mouche Bébé Belvital » en 2017 … quel que soit votre choix, j’espère vous avoir apporté l’information éclairée, voir l’aide que vous attendiez pour le bien de votre enfant. Au-delà de tout intérêt personnel, je suis avant tout un thérapeute et j’ai consacré une grande partie de mon existence à aider les tout petits avec ce que je connais le mieux… J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à vous rencontrer et je suis prêt à renouveler l'expérience en 2018!

 
Nouvelles références
                      "coup de coeur"

 

SOS bébé respire       (www.sosbeberespire.ca)

Vianney_B__b__.jpg

Comment moucher Bébé ?

Le nez de Bébé :

Le nez fait partie de ce qu'on appelle les voies aériennes supérieures: c'est la "porte d'entrée" des poumons où vont pouvoir se faire les échanges d'oxygène et de gaz carbonique, échanges indispensables à la vie.
 
Le tout-petit, en dessous de trois mois, respire uniquement par le nez, et donc toute obstruction nasale prolongée peut entraîner une détresse respiratoire majeure. Après trois mois et jusqu'à l'âge de deux ans, le risque demeure présent même s'il est moindre.

 

mouche_bb.jpg

 

 

Indication du Mouche Bébé par aspiration :

• Cet outil est conseillé pour les bébés et les enfants trop petits pour se moucher efficacement.
• En minimisant tout obstacle au passage de l'air, il permet une respiration plus harmonieuse, de surcroît, Bébé s'alimentera mieux.

 

 

022_NR.JPG

Lavage du nez :

 

C'est un complément d'utilisation presque indispensable. Il se fait par instillation de solution saline à 0,9% et à température ambiante. Il est préférable à mon avis d'utiliser des dosettes à usage unique car la pression d'instillation est moins agressante pour le Bébé que celle envoyée par les systèmes à bombes pressurisées.

 
Protocole recommandé :
  • La tête du Bébé ou du nourrisson est maintenue sur le côté pour éviter tout risque d'inhalation. La pression d'instillation doit être suffisante ainsi que la quantité d'eau instillée pour effectuer un véritable lavage (c'est pour cette raison que je recommande un maintient de la tête sur le coté).
  • L'instillation se fait dans la narine du haut (compte tenu que le bébé est positionné sur le coté).
  • L'aspiration se fait dans la narine du bas pour permettre une bonne communication entre les deux narines et entraîner ainsi les mucosités ainsi que les éléments inflammatoires et infectieux contenus dans le mucus. À noter que le sel contenu dans la solution participe à la lutte anti microbienne et reste non agressif de par son dosage osmotique.
  • Si l'eau ne parvient pas dans un premier temps à la narine du bas, c'est probablement qu'il y a un bouchon muqueux: il suffit alors d'aspirer la narine du haut, de la réinstiller, et cette fois vous devriez obtenir un bon passage... si non, refaite l'opération j'usqu'à obtenir le résultat.
  • ATTENTION: lorsque vous aurez accumulé des sécrétions dans le Mouche Bébé Belvital, il convient de s'en débarasser de façon à continuer l'opération de nettoyage du nez . Pour cela IL NE FAUT SURTOUT PAS SOUFFLER DANS LE MOUCHE BÉBÉ car votre souffle irait contaminer la partie du Mouche Bébé en contact avec le nez de Bébé.
  •  La bonne méthode consiste à tapoter sur un mouchoir le mouche bébé de façon à en extraire le mélange d'eau saline et de mucus.

Lien utile: http://pagesperso-orange.fr/jcboerner/desobstructionRP.html

 

020_NR.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Dégagement de l'arrière nez :

Ensuite il est bénéfique de bloquer légérement la bouche de Bébé en position de fermeture afin de provoquer une grosse aspiration par le nez. Cet manœuvre va dégager l'arrière nez (cavum), région proche des trompes d'eustache : ce dégagement permettra d'éviter la propagation de l'infection vers l'oreille (otite).

 

015_NR.JPG

 

 

Cavum : cliquez pour agrandir

Précautions : Le mouchage doit être régulier. Pensez simplement à quelques règles de base.
  • Lavage correct des mains.
  • Utilisation de mouchoirs en papier jetables.
  • À la fin de chaque utilisation, nettoyez le mouche bébé avec un savon doux et pensez à le stériliser chaque jour (10mn dans l'eau bouillante suffisent)

Remarques :

  • À partir de l'âge de 2 à 6 ans, complétez le travail par un apprentissage du mouchage narine par narine : l'enfant inspire par la bouche puis expire rapidement par le nez, une narine à la fois.
  • Le mouchage correct du nez de bébé va non seulement réduire considérablement les risques d'otites, mais aussi éviter un grand nombre de retombées sur les bronches et les bronchioles.

 

 

016_NR.JPG

Rien ne vaut la kinésithérapie respiratoire :

Le premier souci, en kinésithérapie respiratoire, est de rassurer les parents en les informant et de faire un diagnostic de l'état de l'enfant : symptômes, toux du bébé, alimentation, état général, traitement, antécédents de bronchiolite ou autre…

Il faut le répéter : dans neuf cas sur dix, la bronchiolite est bénigne et guérit en huit jours avec des séances de kinésithérapie respiratoire, un mouchage et un lavage soigneux du nez.

Ensuite, le kinésithérapeute établit son diagnostic en fonction des critères respiratoires (fréquence des mouvements du thorax, auscultation pulmonaire, etc.) On évalue ensuite comment l'enfant accepte la séance de kinésithérapie respiratoire et on rassure la mère sur le caractère non douloureux des séances même si le bébé pleure. Le but est de décongestionner les voies aériennes supérieures et les bronches. En effet, la congestion des voies respiratoires des bébés est responsable du mauvais sommeil de l’enfant, de sa perte d’appétit en plus d’une respiration qui s’appauvrit en oxygène.

Dans certains cas bien répertoriés, il faut toutefois recourir à une hospitalisation en urgence : lorsque l'enfant présente des signes sévères de gêne respiratoire (polypnée, tirage, difficultés à déglutir…), quand le bébé est âgé de moins de trois mois et, plus encore, de moins de 6 semaines, qu'il est prématuré de moins de 32 semaines, qu'il souffre d'une anomalie broncho-pulmonaire ou d'une cardiopathie. Mais dans tous les cas, il n'y a qu'un seul remède : la kiné respiratoire. »

Certains médicaments sont parfois prescrits en complément de la kinésithérapie. Des antibiotiques, lorsque les sécrétions deviennent vertes, sont manifestement infectées, quand la fièvre est trop élevée ou que l'enfant présente une otite, complication de 20% des bronchiolites. La prescription de médicaments bronchodilatateurs (comme le ventolin), voir les corticoïdes (le Flovent) dans certains cas de bronchiolites résistantes, suscitent parfois des discussions au sein du corps médical…

En conclusion :

Si les parents apprennent à évacuer très vite les sécrétions de leurs enfants, déjà ils limitent les risques d'infection. Mais si en plus, ils emmènent leurs bébés en consultation respiratoire, ils augmentent les chances de voir leur petit guérir sans prise d'antibiotiques.

Le bébé doit être vu dès que les premiers symptômes de bronches encombrées apparaissent, signes d'un envahissement des poumons par une infection bactérienne ou virale. Le kinésithérapeute va exercer par un massage, une pression sur les poumons qui va permettre une expulsion des sécrétions et donc une meilleure circulation de l'air; Dès lors, les poumons libérés vont reprendre de l'énergie et le système immunitaire va fonctionner très rapidement. L'enfant, le plus souvent, va guérir rapidement.

Les séances de kiné respiratoire sont éprouvantes pour les parents parce qu'elles sont impressionnantes, intenses et fatigantes pour le petit qui le plus souvent pleure, tousse et crache.

Habituellement, pour une vrai bronchiolite,on pratique 3 séances à 24h d'intervalle avant ou après la première consultation chez le médecin. Si l'infection a été constatée trop tard, si l'encombrement des poumons est trop important ou si le système immunitaire est déjà défaillant, il y a de fortes chances pour que le traitement de kiné respiratoire ne soit pas efficace. Dès lors, l'enfant sera référé à un médecin afin de recevoir une prescription d'antibiotiques... On peut alors continuer les séances de kinésithérapie respiratoire pour compléter le traitement dés que son état commence à s'améliorer.

Liens utiles:

www.kine-services.com/kine-services/particul/bronchio_seance.php

 

011_NR.JPG

Kinésithérapie en ORL

Manœuvres spéciques :

en cas d'otite, ces manœuvres sont complémentaires du traitement médical et peuvent être réalisées par un thérapeute spécialisé.

Ces manœuvres, réalisées après un bilan préalable, consistent à stimuler la ciculation du liquide derrière le tympan par l'intermédiaire de légères stimulations crâniennes. par la suite le liquide sera évacué par l'interne à l'aide de drainage lymphatique.

Voir aussi : Kinésithérapie anti-congestion en ORL chez le prématuré et le nouveau-né (cliquez ici)

 

 

Quand faut-il consulter un médecin?

Aviva Romm*, médecin et herbaliste américaine travaillant beaucoup avec les enfants, donne les informations suivantes :

une fièvre commence à partir de 38°C, et la plupart des fièvres varient entre 38,3°C et 39,7°C.

Une température au-delà de 39,7°C est considérée comme une forte fièvre.

Se fondant sur ces données, le Dr Romm recommande de consulter un médecin dans les situations suivantes :

Chez le bébé de moins de 1 mois. Ceci peut être une urgence médicale.

Chez le bébé de moins de 3 mois avec une forte fièvre.

Chez l’enfant qui ne veut pas boire, n’urine pas d’une manière normale, ou ne se comporte pas normalement.

Chez l’enfant se plaignant d’un mal de cou ou d’un cou raide, d’un mal de tête aigu, ou souffrant de vomissements persistants.

Chez l’enfant souffrant de douleurs aiguës au ventre ou à l’oreille.

Chez l’enfant léthargique qui n’arrive pas à se réveiller complètement, semble faible, sans vie, et n’établissant pas de contact visuel direct.

Lorsque la fièvre reste élevée pendant plus de 3 à 5 jours.

Si vous êtes inquiet pour votre enfant, emmenez-le chez le médecin. Faites confiance à votre instinct maternel ou paternel,

mieux vaut rester prudent !

* http://avivaromm.com/about/about-aviva

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CAVUM